La dyspraxie est un trouble développemental qui affecte le contrôle, la coordination et la planification d’un geste moteur. L’enfant qui présente une dyspraxie ne parvient pas ou très difficilement à automatiser une séquence de gestes, notamment les gestes de la vie quotidienne, de façon harmonieuse et efficace. L'enfant doit réapprendre la séquence à chaque fois qu'il la réalise.

 

Les enfants qui présentent une dyspraxie sont des enfants tout à fait intelligents ! Ce trouble n’est pas la conséquence d’un manque de stimulation ou d'un défaut d'enseignement. Il n'est pas non plus lié à un déficit sensoriel, notamment auditif ou visuel. 

 

 

Les manifestations

 

Au quotidien

  • Difficulté à planifier un mouvement

  • Difficulté à reproduire un mouvement

  • Difficulté à effectuer les petits gestes du quotidien (s’habiller, lacer ses chaussures, se moucher, utiliser une clé, tracer des traits, couper des aliments, etc.)

  • Difficulté à assembler des objets (casse-tête, Lego, Meccano, etc)

  • Difficulté à s’orienter dans l’espace, sur une feuille, dans un plan, sur une carte, etc.

  • Chutes et maladresse souvent observées

  • Pauvreté dans la précision des gestes

  • Malhabile dans certaines activités sportives (saut à la corde, jeux de balles et ballons, danse)

  • Hypersensibilité ou hyposensibilité au toucher

  • Difficulté de latéralisation (difficulté à reconnaître la gauche et la droite)

 

 

En contexte scolaire

  • Mauvaise préhension du crayon

  • Productions écrites mal organisées sur la feuille

  • Un tracé difficile pour certaines lettres

  • Calligraphie parfois illisible

  • Difficulté avec le décodage de lettres, de chiffres

  • Apprentissage difficile des algorithmes mathématiques (suite d’opérations permettant de donner la réponse à un problème)

  • Difficulté en géométrie

 

 

Ces différentes manifestations peuvent nous amener à croire que l’enfant est maladroit et immature, voire paresseux, qu’il ne s’applique pas à la tâche. Pourtant, au contraire, pour accomplir des gestes simples, il doit déployer des ressouces cognitives considérablement plus importantes par rapport aux autres enfants de son âge. Ainsi, après avoir mobilisé tous ses efforts et toute son attention pour produire certains gestes, il ne lui reste souvent que peu d’énergie pour rester centré sur la tâche.

 

 

L'évaluation de la dyspraxie 

 

L’évaluation chez Happy HP permet d’établir le diagnostic de dyspraxie, d’en définir la nature et de valider ou non la présence de d’autres déficits associés.

Comme pour tous les autres troubles d'apprentissage, il est indispensable pour satisfaire la démarche diagnostique de s'assurer de l'efficience intellectuelle de l'enfant et d’évaluer l’impact des difficultés motrices sur chacune des fonctions cognitives (attention, mémoire, raisonnement perceptuel, fonctions exécutives, langage, etc.). L’utilisation d’outils ne faisant pas appel aux composantes motrices permet aux professionnels de mettre en relief le raisonnement de l’enfant, ses performances intellectuelles ainsi que les forces sur lesquelles il pourra s'appuyer pour contourner ses difficultés.

 

Ainsi, un bilan neuropsychologique ainsi qu'un bilan psychomoteur sont indispensables afin de

  • poser un diagnostic de dyspraxie

  • d'envisager les adaptations pédagogiques les plus adaptées selon le profil de l'enfant, qui lui permettront d'accéder au mieux aux apprentissages malgré ses difficultés (ex.: temps supplémentaire, interrogations à l'oral plutôt qu'à l'écrit, etc.)

  • cela permet également à l’enfant, ainsi qu'à sa famille, de comprendre la nature des difficultés rencontrées et mais aussi des forces qui le caractérise (afin de restaurer une bonne image de soi et d'envisager des solutions, des stratégies à mettre en place) 

 

 

Accompagnements et rééducation

 

Bien que la dyspraxie soit un trouble permanent, il est indispensable d’apporter une rééducation à l'enfant concerné. Cet accompagnment lui permettra d’évoluer, de mettre en place des stratégies de compensation de ses difficultés dans tous ses milieux de vie.

 

Suivi psychomoteur et/ou ergothérapique

Lorsque la dyspraxie a été identifiée, que la nature et la sévérité du trouble ont été établies, la rééducation proposée sera alors adaptée en fonction des besoins et des spécificités de l’enfant. Un suivi individuel en psychomotricité ou en ergothérapie est indispensable afin d'améliorer

  • le graphisme

  • l’organisation dans l’espace

  • le développement des concepts verbaux

  • l’acquisition des notions spatiales

  • la décomposition de gestes complexes en gestes simples

 

L’intervention d’autres professionnels peut également être indiquée (neuropsychologue, psychologue, orthophoniste, etc.), ce que l’évaluation neuropsychologique permet d’identifier.

 

 

Il est important de noter que la rééducation a ses limites, c'est pourquoi il est important de mettre en place des outils qui vont venir aider l'enfant dans la vie quotidienne et le parcours scolaire (utilisation d’un traitement de texte, d’un ordinateur, de supports ergonomiques, etc.).

 

Il existe bien souvent une vraie incompréhension des problèmes de l'enfant car la nature et les causes de ce trouble sont généralement méconnues de l'entourage et des différents intervenants. L'accompagnement chez Happy HP a donc également pour objectif

  • d'informer les parents des conséquences de la dyspraxie sur la vie de l'enfant,

  • de les aider à comprendre son fonctionnement

  • de leur apporter des outils afin de favoriser l'épanouissement de l'enfant.

 

 

Lectures

 

> 100 idées pour venir en aide aux élèves dyspraxiques

Ce guide fournit 100 idées sous forme de fiches pratiques, très concrètes, testées et validées par l’expérience du développement des enfants dyspraxiques.

Il sera très utile à tous ceux qui vivent et travaillent avec ces enfants, pour les accompagner dans leurs apprentissages scolaires.

L’ouvrage couvre de la maternelle à l’université, détaillant les acquisitions initiales en motricité fine et globale jusqu’à la préparation à l’emploi. Il est particulièrement éclairant et essentiel dans les phases de transition.

Par Amanda Kirby & Lynne Peters. Édition Tom Pousse, septembre 2010.

 

 

La Dyspraxie

Adresse

Email

  • Facebook Social Icon

Haut de page