La dyslexie, ou Trouble Spécifique du Langage Ecrit (TSLE), est un trouble neurodéveloppemental permanent touchant l’apprentissage et l’automatisation de la lecture. L'enfant lit lentement, et commet de nombreuses erreurs, ce qui engendre donc souvent des difficultés de compréhension des textes lus. Les difficultés de lecture s’accompagnent généralement de difficultés, voire d'un trouble de l’écriture (dysorthographie). Ces difficultés de langage écrit rendent le cheminement scolaire des enfants concernés particulièrement ardu, étant donné que la lecture et l'écriture sont sollicitées dans toutes les matières (français, mais aussi mathématiques, sciences, histoire, etc.) et notamment pour leur évaluation.

 

Les enfants qui présentent une dyslexie sont des enfants tout à fait intelligents ! Ce trouble n’est pas la conséquence d’un manque de stimulation ou d'un défaut d'enseignement. Il n'est pas non plus lié à un déficit sensoriel, notamment auditif ou visuel.

 

 

Voici les 3 types de dyslexies communément admis à ce jour :

  • La dyslexie phonologique (voie d’assemblage)

  • La dyslexie lexicale (voie d’adressage)

  • La dyslexie mixte

 

La dyslexie phonologique est caractérisée par des difficultés de décodage, c'est-à-dire de la correspondance entre les graphèmes (le son écrit) et les phonèmes (le son oral). L’enfant omet alors des syllabes, il inverse des séquences de sons au sein des mots ou échange un son par un autre. Ces difficultés peuvent amener l’enfant à vouloir deviner les mots. 

 

La dyslexie lexicale est une difficulté à reconnaître les mots dans leur globalité : il ne parvient pas à automatiser la lecture des mots appris (il arrive difficilement à garder les mots en mémoire). Il doit systématiquement les relire syllabe par syllabe en les décodant, plutôt qu'en les reconnaissant. L’enfant a donc de la difficulté à lire les mots irréguliers (femme, monsieur, fusil, etc). Même les mots réguliers ou fréquents lui posent problème puisqu’il les lit comme s’il les voyait pour la première fois, même si ce n’est pas le cas. Ces difficultés génèrent une lecture très lente et laborieuse. Généralement l'enfant ne peut retirer du sens de ce qu'il lit : il ne comprend pas les textes écrits.

 

La dyslexie mixte se caractérise par une combinaison des 2 types précédemment cités : des difficultés sont présentent autant au niveau du décodage syllabe par syllabe qu’au niveau de la reconnaissance des mots appris dans leur globalité. Ce type de dyslexie est le plus difficile à gérer pour l'enfant, qui ne peut alors se reporter sur l'une des voie de lecture puisque les 2 sont atteintes.

 

 

Les manifestations

 

  • Omission, substitution et inversion de sons dans les mots (ex.: page pour plage, poulet pour poulain, foule pour flou)

  • Confusion entre les lettres miroirs (b/d, p/q) et les sons proches (ch/j, d/t)

  • Difficultés importantes au niveau du décodage (lecture lente et saccadée)

  • Devine parfois les mots en se fiant aux premières lettres ou encore en se fiant au sens de la phrase

  • Difficulté à reconnaître les mots dans leur globalité

  • Difficulté à lire les mots irréguliers (ex.: monsieur, fils, femme, etc.)

  • Saute les petits mots de relation et de liaison dans les phrases

  • Compréhension de lecture difficile 

  • Grande fatigabilité lors de la lecture

 

 

L'evaluation de la dyslexie

 

Le diagnostic de dyslexie nécessite un bilan approfondi des sphères cognitives (efficience intellectuelle, attention, mémoire, planification, etc.) afin d'évaluer :

  • la présence d’un trouble spécifique

  • et/ou d’autres déficits ou troubles

pouvant être à l'origine des difficultés observées en lecture.

 

Par ailleurs, l’analyse des réussites et des échecs permet de préciser le type de dyslexie, et par conséquent, de cibler la rééducation la plus adaptée. 

 

Ainsi, un bilan orthophonique accompagné d'un bilan neuropsychologique sont indispensables afin de

  • poser un diagnostic de dyslexie

  • d'envisager les adaptations pédagogiques les plus adaptées selon le profil de l'enfant, qui lui permettront d'accéder au mieux aux apprentissages malgré leurs difficultés (ex.: temps supplémentaire, accès à des notes de cours informatisées, souplesse dans la correction des erreurs grammaticales, etc.)

  • cela permet également à l’enfant, ainsi qu'à sa famille, de comprendre la nature des difficultés rencontrées et mais aussi des forces qui le caractérise (afin de restaurer une bonne image de soi et d'envisager des solutions, des stratégies à mettre en place).

 

 

Accompagnement et rééducation

 

Bien que la dyslexie soit un trouble permanent, il est indispensable d’apporter une rééducation à l'enfant concerné. Cet accompagnment lui permettra d’évoluer, de mettre en place des stratégies de compensation de ses difficultés tout au long de son parcours scolaires.

 

Suivi orthophonique

Lorsque la dyslexie a été identifiée, que la nature et la sévérité du trouble ont été établies, la rééducation proposée sera alors adaptée en fonction des besoins et des spécificités de l’enfant. Un suivi individuel en orthophonie est généralement recommandé. 

 

L’intervention d’autres professionnels peut également être indiquée (ergothérapeutes, neuropsychologue, psychologue, etc.), ce que l’évaluation neuropsychologique permet d’identifier.

 

 

Lectures

 

> 100 idées pour venir en aide aux élèves dyslexiques

Ce livre est destiné à faciliter le dépistage et la prise en charge des enfants dyslexiques. Il fournit d’excellentes techniques pour soutenir l’apprentissage chez l’enfant dyslexique: de l’identification des besoins individuels des élèves aux méthodes d’acquisition de la lecture, de l’écriture et des compétences en matière de communication.

Par Gavin Reid et Shannon Green. Édition Tom Pousse, mars 2010.

 

> Le tiroir coincé

Comment expliquer la dyslexie aux enfants

Cet ouvrage explique à l’enfant ce qu’est la dyslexie et lui permet de comprendre le bien fondé de sa rééducation, orthophonique ou orthopédagogique, et de l'aide qui lui est apportée par l'école et par ses parents. Le tiroir coincé lu par l'enseignante à toute la classe permet une réelle intégration de l'élève dyslexique et évitera que celui-ci ne devienne la risée de ses camarades. Cet ouvrage fait également découvrir à l'élève dyslexique qu'il n'est pas bête, qu'il doit utiliser son intelligence non seulement pour contourner et surmonter ses difficultés mais aussi pour embellir sa vie.

Par Anne-Marie Montarnal. Préface de Francine Lussier. Édition Tom Pousse, avril 2011

 

La Dyslexie

Adresse

Email

  • Facebook Social Icon

Haut de page